Dans le hiéroglyphe il y avait un oiseau
mais on ne pouvait savoir s'il volait ou s'il
était cloué par un axe de lumière sur
le ciel vide. Des centaines d'années durant je
lus inutilement l'écriture. Vers la fin de
mes jours, lorsque nul ne pouvait plus
croire que rien n'eût été déchiffré,
je compris que l'oiseau à son tour me lisait
sans savoir si dans le hiéroglyphe brisé
la figure volait ou si elle était clouée par un
axe de lumière sur le ciel vide.
< retour menu livres 3/16. Calas. © photos: Jeanne Chevalier. © textes: José Angel Valente