Durée du regard, de ce qu'il y eut en lui, de ce qui fut une image, a été effacé. De l'enfant à l'homme il est un court chemin qui revient à l'enfant encore à naître. Le sourire, les yeux, l'activité humaine, le geste: oui, le geste. Equilibre tenace des derniers gestes. Peut-être rien ne se répétera-t-il. Peut-être tout est-il suspendu au bord de l'abîme. Peut-être les images ne sont-elles que la forme éphémère d'un adieu.
< retour menu livres 10/15. Campo. © photos: Jeanne Chevalier. © textes: José Angel Valente